Des outils simples, naturels et accessibles à tous pour être pleinement acteur de sa vie

Qu’est ce que je dois faire ?

Il est une question familière aux praticiens: « qu’est ce que je dois faire pour aller bien? »

A laquelle, nous répondons invariablement: « bouge pas! Je jette un oeil à ma boule de cristal, un coup de baguette magique et je te dis ça »

On s’aperçoit vite que la métaphore du cheminement est omniprésente en développement personnel.

Au grand dam de mon imaginaire débridé, cette récurrence n’est pas imputable à une épidémie de traumatismes enfantins due au Petit Poucet parmi les thérapeutes, guides spirituels ou autres coachs.

Non, la raison est bien moins romanesque: le développement personnel est un voyage vers et en soi-même, notre état émotionnel une boussole, le bien-être une destination.
Ce périple comporte des étapes optionnelles, propres à chacun, et d’autres incontournables auxquelles nous faisons tou(te)s escale.

En route?

randonnee-pedestre

Un préalable: l’état des lieux.

Pour voyager faut il encore pouvoir situer son point de départ sur une carte et décider d’une destination.
Quelques questions à se poser:
(je vous invite à noter vos réponses par écrit, pour éviter de modifier après coup vos réponses plus ou moins consciemment.( Soyez honnête avec vous, personne ne lira ce que vous avez noté ou ce que vous avez en tête. C’est un échange entre vous et votre for intérieur.)

Qu’est ce que je pourrai changer pour aller mieux?

Comment est-ce que je vais vraiment?
Suis je énervé(e), joyeux(se), déprimé(e)? En bonne santé? Est ce que mon travail me plait? Etc…
Portez attention à vos ressentis, quelque soit l’inconfort que certains peuvent induire. Accueillez les.
Votre réponse est votre état des lieux, à un instant T.

Aller mieux, me sentir bien au quotidien ça ressemblerait à quoi?

Comment vous voyez vous « allant bien »?
Qu’est ce qui aurait changé? Que ressentiriez vous différemment?
Écoutez vous. Ressentez, fermez les yeux au besoin pour pouvoir visualiser, imaginer…

Qu’est-ce que j’aimerai vraiment faire de ma vie?

Un projet que vous aimeriez vraiment réaliser, un rêve que vous auriez relégué dans un coin?

Votre réponse est votre destination.

Autorisez vous à imaginer ce que pourrait être votre vie en vous affranchissant des attentes ou du jugement d’autrui.
C’est ici, là, maintenant que vous devez trier ce que sont vos réelles aspirations et besoins de ceux venus de l’extérieur, soufflés à l’oreille par votre conjoint(e), vos collègues, amis, famille, le regard de l’autre.

Sentez vous libre.

[Group 5]-DSCF3480_DSCF3488-9 images

La prise de conscience.

Bon, à ce stade, vous avez un point de départ et un point d’arrivée. On y voit déjà plus clair, non?

Reste à choisir un itinéraire.
Pour ce faire, mieux vaut une carte un peu objective, et à peu près à jour.

A quoi suis je prêt(e) pour cela ? De quoi ai-je besoin ?

L’embêtant c’est qu’il s’avère que nous avons tous des croyances, des pensées automatiques, issues de nos habitudes, éducations, expériences qui déterminent inconsciemment notre façon de nous percevoir et de percevoir nos interactions avec les autres.

A force de s’entendre répéter : « Tu es incapable de t’exprimer en public, tu tiens ça de … » par exemple, l’enfant, qui a toujours rêvé d’être avocat, devenu adulte aura tendance à s’y conformer et s’avérer piètre orateur et opter pour un autre métier.

Voici une courte vidéo (en VO sous-titrée) de Charisse Nixon, prof de psychologie à la Penn State Behrend (Pennsylvanie) qui illustre bien l’un de ces mécanismes, en l’occurrence le phénomène de la résignation acquise.

Elle propose un exercice à ses étudiants, simple, mais truqué…

Donc notre mental peut nous tromper, jouer contre nous.
Les mots choisis par les étudiants au terme de l’expérience pour dépeindre leur ressentis sont éloquents.

Ah, tiens, on entrevoit une piste: qui contrôle? Quelle partie de nous prend des décisions? Et en se basant sur quelle carte?

Nous n’en avons pas conscience et prenons ces perceptions partielles, parfois erronées pour la réalité.
Une multitude de croyances, certaines utiles, d’autres limitantes, qui nous influencent ainsi au quotidien et déforment la carte.

Vous pouvez faire de votre esprit votre instrument, ou devenir le sien.

Vous pouvez faire des choix.

Vous avez seulement besoin de vous entrainer à penser autrement. Déjouer vos habitudes inconscientes.
Apprendre comment ne pas vous laisser guider par la peur ou autre émotion négative jouant contre vos intérêts, à mieux identifier et réguler vos émotions, développer plus de conscience et de discernement.

Des pratiques telles que la méditation, le reiki, la sophrologie ou l’hypnose peuvent être des révélateurs et des alliés efficaces.

Paul Watzlawick ( Psychologue, psychothérapeute jungien et sociologue) disait: « Si l’on fait ce qu’on a toujours fait on obtient ce qu’on a toujours obtenu »

Il est essentiel de comprendre que, chaque jour est un espace qui regorge d’opportunités.

L’usage que vous en faites est de votre responsabilité.

On apprend que de ses propres expériences. L’expérience transforme le savoir en connaissance

Souvent, l’acceptation de cette responsabilité passe par des épisodes d’inconfort ou de mal être.
Se faire accompagner, transmettre quelques outils par quelqu’un ayant déjà usé ses semelles sur le chemin peut être constructif.

S’en remettre à l’avis ou aux décisions des autres sur la façon dont il convient de vivre, est infantile et voué à l’échec.

Faire le choix d’être heureux, c’est cesser d’attribuer aux autres, au passé, aux circonstances extérieures la responsabilité de notre bien-être ou mal-être, déterminer ce qui nous anime, et avancer dans cette direction

Parce que mener une vie qui a du sens procure du plaisir.

Ah, bien sûr, parfois l’on peut se tromper. Et recommencer. Tâtonner, ……Jusqu’à y arriver.

Le temps passé à expérimenter laisse de bons souvenirs. Faites vous des albums entiers!

Le bonheur ne réside pas dans une vie extraordinaire, mais juste dans le fait de ressentir que la vie que l’on mène, si elle paraît banale aux yeux des autres, est bien celle que l’on a choisie.

Alors, à votre avis, qu’est ce que vous devez faire?

chaussure rando et fleurs

Cet article vous a plu?
Suivez le Nisal sur twitter ou sur facebook pour rester informé des actus.

Articles similaires
  • Bienvenue sur le blog Ce blog est né d’un constat, issu de vos questions et de mon propre cheminement, qui est qu’en matière de « médecines alternatives » il est difficile de trouver de la documentation proposant une vue d’ensemble des différentes pratiques à travers les [...]
  • Le regard de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) 中医 La médecine traditionnelle chinoise (MTC) 中医 C’est un système de santé complet, inspirée du taoïsme, la M.T.C daterait d’environ 2500 [...]
  • L’ Humain, en fait, qu’est ce que c’est au ju... Pour nous, occidentaux, depuis Descartes, l’Humain se définit à l’image de notre paradigme, et de notre vision de la nature: dualiste (un corps opposé à un esprit, l’Humain vs l’univers) matérialiste (une mécanique organique, uniquement constituée de matière ) et réductionniste (Réducteur, partiel). Mais cette représentation de l’humain (et de la nature) trouve ses limites. [...]
  • Les loisirs qui soignent Vous aimeriez vous faire du bien, être moins stressé, mais l’ambiance tapis de yoga alignés tels des serviettes à Palavas les flots en Aout n’est pas votre [...]
  • La carte n’est pas le territoire. Cette formule célèbre du philosophe et scientifique Alfred Korzybski traduit que ce que nous percevons comme réalité est une traduction, parmi d’autres tout aussi valables, de la réalité effectuée par nos [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *