Des outils simples, naturels et accessibles à tous pour être pleinement acteur de sa vie

Méditation étape 1: respirer

Le caractère faussement « automatique » de la respiration nous amène, trop souvent, à ne lui accorder que peu d’attention dans notre quotidien.


inspire

En chinois, un même terme 氣 désigne l’énergie et le souffle. En suédois, le terme signifiant “souffle” fait aussi référence à l’esprit, l’essence . Le terme latin « spiritu » également lie ces deux concepts.

Il est simple d’observer la respiration accélérer sous le coup d’un stress, un événement peut nous couper le souffle, nous soupirons de soulagement lorsqu’une situation se décrispe.
L’agitation, sous toutes ses formes, est le plus souvent la conséquence d’une respiration trop courte déclenchant un rythme de parole rapide, des gestes ou mouvements saccadés ou imprécis, un flot incessant de pensées.

A l’inverse, à mesure que nous respirons plus lentement, plus longuement, plus profondément, nous gagnons en concentration et en précision.
Une respiration régulière et profonde a pour vertu de provoquer un massage interne bénéfique du ventre. Se concentrer sur la respiration est aussi un moyen très efficace pour chasser les idées noires et recentrer ses idées sur le présent.

En régulant consciemment notre respiration, nous pouvons donc influer sur notre état tant psychologique que physique.

La toute première étape de la méditation consiste à stopper les distractions et à amener l’esprit à plus de clarté et d’objectivité.
Méditation et respiration sont donc intimement liées.

Prendre pleinement conscience de sa respiration est un préalable nécessaire, et un exercice de l’esprit auquel il est judicieux de se familiariser avant même d’envisager une méditation « en posture » ou avec un objet précis, tel la compassion, l’impermanence ou autre.

Pour ce faire, en préliminaire, prenez progressivement l’habitude d’observer votre respiration à différents moments de la journée, même un bref instant.
Que vous soyez en train de faire la vaisselle, marcher ou lire cet article. Puis, plus longuement, au coucher par exemple, sans chercher à la contrôler.

Juste l’observer, en conscience.

On est pas bien là?

background-schlei-pano

Une fois à l’aise avec cet exercice, vous voilà fin prêt(e) pour une méditation sur la respiration.

Optez pour une position confortable, la méditation n’est ni un sport d’endurance ni un combat, même et surtout contre soi-même.
Veillez simplement à garder le dos droit .
Avec le temps, votre esprit et votre corps feront preuve de plus de souplesse, mais ne brûlons pas les étapes.

Les yeux, idéalement mi-clos, focalisez votre attention sur votre respiration.

Respirez naturellement, par le nez , sans modifier ou contrôler votre respiration.

Prenez conscience de la sensation du souffle qui entre par vos narines, pénètre vos poumons gonfle votre ventre puis ressort par vos narines.
Cette sensation constitue l’ objet de votre méditation, celui sur lequel vous devez focaliser
.

Au début, il est probable et courant que l’ esprit, non exercé, vous semble s’emballer. En réalité c’est seulement que vous commencez à percevoir l’état d’agitation permanente dans lequel il se trouve.

Vous serez sans doute sollicité(e) par une multitude de pensées surgissant anarchiquement, bienvenue dans votre esprit.

Dites donc, il serait peut être temps de ranger un peu ce capharnaüm, non?

Plaisanterie mise à part, ne tentez pas d’y résister (rappel: la méditation n’est pas un combat), accueillez les avec bienveillance puis observez les s’éloigner à nouveau et revenez à l’objet de votre méditation: votre respiration.

Si, ou plutôt quand à ce stade, vous constatez que votre esprit vagabonde et suit vos pensées, ramenez votre attention sur le souffle. Répétez ce processus autant de fois que nécessaire.

Bonne nouvelle : le cerveau est un muscle, doté d’une merveilleuse aptitude qu’est la plasticité

Chaque méditation est un entraînement , et chaque entraînement vous rendra le prochain exercice plus simple à réaliser.

A noter que les dernières recherches attestent que 10 mn de méditation par jour sur 3 semaines induisent, y compris sur les personnes n’ayant jamais pratiqué auparavant, des effets bénéfiques psychologiquement et physiquement.

Rendez vous dans 3 semaines?

Articles similaires
  • Bienvenue sur le blog Ce blog est né d’un constat, issu de vos questions et de mon propre cheminement, qui est qu’en matière de « médecines alternatives » il est difficile de trouver de la documentation proposant une vue d’ensemble des différentes pratiques à travers les [...]
  • Le regard de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) 中医 La médecine traditionnelle chinoise (MTC) 中医 C’est un système de santé complet, inspirée du taoïsme, la M.T.C daterait d’environ 2500 [...]
  • L’ Humain, en fait, qu’est ce que c’est au ju... Pour nous, occidentaux, depuis Descartes, l’Humain se définit à l’image de notre paradigme, et de notre vision de la nature: dualiste (un corps opposé à un esprit, l’Humain vs l’univers) matérialiste (une mécanique organique, uniquement constituée de matière ) et réductionniste (Réducteur, partiel). Mais cette représentation de l’humain (et de la nature) trouve ses limites. [...]
  • Les loisirs qui soignent Vous aimeriez vous faire du bien, être moins stressé, mais l’ambiance tapis de yoga alignés tels des serviettes à Palavas les flots en Aout n’est pas votre [...]
  • Qu’est ce que je dois faire ? Il est une question familière aux praticiens: « qu’est ce que je dois faire pour aller bien? » A laquelle, nous répondons invariablement: « bouge pas! Je jette un oeil à ma boule de cristal, un coup de baguette magique et je te dis ça » On s’aperçoit vite que la métaphore du cheminement est omniprésente en développement personnel. [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *